Partagez | .
 

 Concours #69 : l'histoire sans fin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Concours #69 : l'histoire sans fin.   Dim 13 Jan - 20:15

[...]

J’étais terrorisé. C’était impossible un truc pareil ! Pourtant, lorsque je tentai de lever mon postérieur, je n’y parvins pas. A croire que de la glu perpétuelle était dessus. Déjà écoeuré, je réalisai l’ampleur du défi : goûter à tout !. Tremblante, ma fourchette se dirigea vers une saucisse qu’elle piqua. Je ne dus même pas l’amener à ma bouche, la fourchette s’en chargea en me la fourrant presque de force. J’étouffais déjà, incapable de mastiquer à la vitesse d’exécution de l’objet diabolique. J’avalai quand même puis, ce fut le tour..

Des desserts. Je les voyais, devant mes yeux. Ils étaient immenses, mais surtout nombreux. Je commença alors par une mousse au chocolat qui traînait, puis enchaîna sur tout plein d'autres pâtisseries bourratives... Je n'avais plus faim mais devait me lever, quitte à en vomir.. Après les tartes aux pommes, je n'avais même plus la force de me lever. Mais je voyais bien que j'avais tout mangé. Puis j'aperçu une salade de fruit oubliée. Je me dépêcha de la manger, coûte que coûte, tant pis de se qui en
résulterait. Après avoir repris un peu de force, je décidai de me lever
mais....

Je m’aperçus que j’étais toujours soudé à mon siège. Je reportai mon regard sur la table, certain de n‘avoir rien oublié. J’observai attentivement chacun des plats, bols et assiettes vides éparpillés sur la table quand soudain, je me m’arrêtai sur les breuvages situés à ma droite. Comment avait-je pus les oublier? Abattu, je poussai un soupir interminable avant d’ingurgiter mon premier litre de liquide. Le lait, le jus, l’eau, le café, le thé et plus encore m’attendaient quand il me prit une urgente envie d’aller au petit coin… Plus j’avalais, plus j’avais la désagréable impression que ma vessie allait éclater. Je commençai à me tortiller quand…

La voix résonna à nouveau.

Tu y es presque. Allez, je te laisse un peu de répit.

Je ne compris pas tout de suite. Pourtant il me sembla qu'un vide se créait sous moi.
* Une chaise percée?* pensais-je.
Chic! je me soulageai immédiatement avec un plaisir immense. Puis la voix reprit:

Tu as oublié certaines choses, regarde bien où tu resteras là... jusqu'à la fin des temps.
Misère! Qu'avais-je omis. Je cherchai partout et découvris...

C'était certain je n'avais pas pus oublier ça et pourtant cele m'avait
totalement échapé... La table était magnifiquement décorée avec des
fleurs... pleins de fleurs qui étaient en chocolat... des dizaines de
fleurs en chocolat et de taille pratiquement réelle. Il fallait que le
fasse ou sinon... je n'osais même pas penser à ce qui pourrait m'arriver! Le fait d'être en danger m'ouvrait l'estomac et c'est en prenant mon courage à deux mains et je croquai la fleur. Le goût du chocolat, que je trouvais merveilleux en temps normal, me parut fade.
Il fallait quand même finir...

"C'est très bien, tu as réussi la première épreuve..."

Je pouvais enfin me lever et je courus vers la porte qui était fermée, je
ne pouvais sortir. Je me rendis compte qu'il y avait une autre porte de
l'autre côté et je compris le sens des mots "première épreuve"...

"Maintenant, tu devras accomplir la deuxième tâche..."

Cette voix commençait à m'énerver.. Une deuxième épreuve, quelle deuxième épreuve ??? Je courrus alors vers la deuxième porte. J'en avais marre, je voulais rentrer, pourquoi étais-je allée manger ce matin ?
Qu'avait-il pu me passer par la tête ? J'ouvris donc la porte. Je me
trouvais dans une forêt normale a fortiori. MAis en faisant le premier
pas, les arbres s'avancèrent vers moi, et des animaux sauvages
apparurent, comme par magie. Normal ! Mais bon, c'était quand même un
peu inquiètant. On entendait par ailleurs le cri et l'envol des oiseaux
quand les arbres s'approchèrent de moi. Apparemment, ceux-là étaient
normaux, et pas magique. Je décidai alors de m'avancer un peu plus et
quand je fis un deuxième pas ....

Houla! Que se passait-il encore? J'avais l'impression que le sol était mou! Non,non, ce n'était pas une impression, mes pieds s'enfonçaient bel et bien dans ce gazon. Je tentai de lever le pied plus haut, rien n'y fit. Avec horreur, je constatai que j'étais déjà enfoncé jusqu'aux genoux. Je devais réagir ou je serais englouti Merlin sait où. Je réfléchis à toute allure.
Après tout, j'étais sorcier, non? Donc je fouillai ma poche et en sortit ma baguette. Ce n'était pas le tout. Que pouvais-je bien employer comme sortilège pour me sortir de là. Je réalisai que je devais aller très vite, la terre me montait au nombril. J'eus l'idée de...

M'élever dans les airs afin de quitter ce sol des plus étranges. Voilà la solution. Quelle chance j'avais d'être un sorcier. Eh oui, pensez un peu à ce qu'il serait advenu d'un Moldu dans la même situation. Je fermais les yeux. Une telle vision ne me plaisait gère. Il fallait que je me reprenne. Ni une ni deux je brandis ma baguette, fidèle compagon, en direction de moi-même... Quelle sensation étrange que de se viser soi-même avec sa propre baguette...Beurk ! Vite, qu'on en finisse. En effet, il fallait se dépêcher, ce maudit gazon m'arrivait déjà jusqu'à la taille...

- Wingardium Leviosa ! lançais-je vers mon corps prisonnier de cette herbe maléfique.

C'est alors que...

Des oiseaux morts commencèrent à tomber du ciel. J'étais dégoutée. Ils
baignaient dfans le sang. Un tomba sur moi, malgré que je lévitais.
J'avais donc une tâche de sang sur mon t-shirt. Je me dépêcha d'avancer
jusqu'à arriver sur ce qui semblais du béton. Mais c'tait bizarre. Il me soulevais et me redescendais, tel des marches qui monterais et
descenderais en permanence. C'est horrible. Je m'élançais de marches en
marches, espérant ne pas tomber à chaque fois, car je risquait de
m'écraser d'une hauteur de 100 mettres, mais surtout d'être coincée
entre deux "marches". Tout à coup, au bout de la fôrêt de marches,
j'aperçu...

un lion, un serpent, un blaireau et un aigle: les emblèmes de Poudlard. Le
lion me fixa; sorcière de serdaigle, je n'avais rien à craindre de l'aigle, mais le lion? Il avait un drôle d'air, je ne savais pas s'il me regardait avec l'envie de me dévorer ou de me cajoler. Puis s'avança le serpent, il m'allait me sauter dessus mais il n'en eut pas le temps: l'aigle le prit entre ses serres et l'emmena au loin. Allais-je avoir de la chance ou était ce juste pour que la grosse voix s'amuse encore un peu ? Ce fut au tour du blaireau. Mais lui ne fit rien.. Le lion revenait vers moi, je le vis prendre son élan et sauter sur moi avec un rugissement incertain et.. tout s'évanouit. Je me retrouvais devant une porte en bois. La voix grogna:
-Te voilà à la troisième épreuve, avoue que la deuxième était sympathique?
J'eus envie de crier "non" mais une rafale de vent m'en empêcha, elle me
poussa vers la porte. Je croyais qu'elle s'ouvrirait par magie, je m'écrasai contre elle. La porte s'ouvrit, j'entrai et découvris alors
....

Un pré d'un vert éclatant et au loin, une forêt!...Je me frottai les yeux, encore en ce point je voulais croire d'être entrain de faire un rêve farfelu, mais la bosse qui croissait sur mon front et un arrière goût à chocolat dans ma bouche, me confirmèrent que j'étais bel et bien éveillé. Par les barbes blanches de Merlin et les sabots de Belzebuth! Un lapin blanc venait de croiser mon chemin...rien d'étonnant voir un lapin dans un pré, mais celui ci portait un haut de forme, penché coquettement entre ses longues oreilles et consultait une montre à gousset!
Le délire allait bon train...et comme Alice au pays des Merveilles je restai interloqué lorque la bestiole parla...

"En retard, en retard, j'ai rendez-vous quelque part. Je n'ai pas le temps de dire au revoir je suis en retard, en retard !"

Mais qu'est ce que c'était que ce lapin qui courait en s'exclamant qu'il
était en retard ? Depuis quand les lapins ça chantait ? Un lapin qui
avait un rendez-vous...Mais où étais-je tombé ? Evidemment vous vous
doutez bien que la tentation de suivre cet énergumène étrange était
immense. N'étant qu'un être humain, je ne pus résister très longtemps.
Certes la curiosité est un vilain défaut, mais que voulez vous c'était
ainsi. Je me mis donc à courir derrière ce lapin. Mais avez -vous déjà
couru après un lapin ? Je peux vous dire que ce ne fut pas de tout
repos, et malgrès tous mes efforts, je ne parvint pas à le rattraper.
Par chance j'avais eu le temps d'apercevoir par où était passé notre
homme-lapin. Un tronc d'arbre...Il était passé dans un tronc d'arbre
qui jonchait sur le sol...

Je m'arrêta un instant devant le tronc d'arbre pourtant je n'avais pas tellement le temps, il fallait que je fasse mon choix rapidement, autrement je perdrais la trace de ce foutu lapin. Le choix se fit vite, à croire que par le danger mon cerveau réfléchissait beaucoup plus vite. Je pris donc le même chemin que ce lapin, et vint alors une longue, longue descente. Je ne savais pas ce qui se passait à côté de moi mais je ne pensais qu'à sortir vivant de cette épreuve... Vraiment aujourd'hui ce n'est vraiment pas mon jour... J'atteris d'une façon brutale sur un sol qui me semblait
mou par un toucher rapide de la main. Et en effet, quand j'essaya de me
lever, je remarqua que ce ne serait pas si facile que cela. J'avais
l'impression d'être dans une de ces fêtes foraines moldues, sur des
montagnes russes... L'enfer allait donc continuer ainsi mais pour
combien de temps encore? Je sentais déjà que mon corps se lassait de
tout mouvements...

Mais c'est pas possible...C'était un coup à se péter les chevilles... J'vous jure y'en a ils ont vraiment un grain... Bref, donc j'essayais tant bien que mal de me sortir de cette guimauve rebondissante, mais mon corps n'en faisait réellement qu'à sa tête. Bras et jambes semblaient vouloir partir dans des directions opposées...Pratique. Mais comment faire ? Je ne pouvais me résoudre à rester éternellemnt dans cet espèce de Marshmallow géant. Dans quelques minutes s'était le claquage de plusieurs de mes mebres assuré. Et puis imaginez un peu, avec ce que j'avais avalé, si je ne trouvais pas rapidement une solution ça ne tarderait pas à se déloger de mon estomac d'une façon peu appétissante...

J'essayais donc tant bien que mal de me relevé mais à chaque fois, je retombais sur cet espèce de matelas gonflable. J'essayais de réflechir en même temps à un sortilège mais quand je sortis ma baguette, celle ci me glissa des mains et alla se loger environ trois mètres plus loin! Et avec tout ce remus ménage, je ne pouvais pas avancer très loin! Mais qu'allais-je donc faire pour me sortir d'ici sans ma baguette?? Sous la reflexion, je sentais mon cerveau bouillonné, une légère nausée due surement à touts ses mets que j'avais dû manger m'envahit. Ma baguette était toujours loin de portée de main et mon estomac tourbillonait. La situation ne pouvait pas être pire.. Mais qu'est ce que j'avais bien pu faire pour mériter ça??

Que faire... Mais que faire ? Avec ma baguette à plusieurs mètres de moi,
et ces bonds incessants... Il fallait réfléchir. Se concentrer, faire
le vide, et réfléchir. C'est là que me vint une idée. Bon d'accord je
l'avoue c'était pas un truc de génie mais comme on dit chez nous, Qui
ne lance pas de sort, ne battera pas son adversaire. Il fallait essayer. Je me mis donc dans la bêtise la plus totale à tenter d'orienter mes bonds vers la baguette logée dans un orifice de ce truc. Vous vous doutez bien que ce n'était pas si simple, et dès mes premiers éssais, le chamallow me renvoya dans l'autre sens au lieu de m'approcher de ma cible. Super, j'étais encore moins avancé, mais il me restait une dernière chose à tenter. Un sortilège informulé. Qui sait, même sans ma baguette cela pouvait peut-être marcher... ?

Cela foira, hélas. Pourquoi moi? La voix narquoise me l'expliqua:

Tu te demandes pourquoi tu es dans la semoule depuis le matin. Rappelle-toi. Hier, n'as-tu pas fait quelque chose d'inhabituel?
Je me creusai la cervelle alors que mes tripes remontaient à une vitesse
folle. Difficile de se concentreter dans ces conditions.

J'ai... J'ai eu une retenue avec Rusard. J'ai poli des coupes pendant des heures.

Eh bien c'est ça. L'une d'elle me contenait: je suis un mauvais génie qui dormait gentiment quand tu m'as dérangé. Tu n'as plus qu'à payer pour ton forfait

Un rire diabolique accompagna la répartie. Je vomis.

Le liquide hideux se deversa devant moi, j'étais devenue verte, je ne pensais plus qu'à une chose: partir d'ici, loin de ce génie diabolique! Après tout, était-ce ma faute? Je n'avais pas voulu déloger un génie diabolique!! Une nouvelle porte se présenta à moi, elle était complétement noire. Je m'avança prudemment et l'ouvrit en tirant la poignée le plus délicatement possible. Je passa ma tête par l'entrebaillement et cette fois, je vis une cascade avec de l'eau transparente, autour se trouvait à perte de vue de l'herbe fraiche accompagné de jolies fleurs. Des oiseaux chantaient, un cerf vint même boire dans le petit lac où l'eau de la cascade se déversait. Enfin un endroit paradisiaque? Alors que je comtemplais tout cela, le soleil fit place à la lune, l'eau transparente devint rouge sang, les oiseaux se
transformèrent en corbeau noir et le cerf devint diforme et au lieu de
brâmer, il lâcha un rire satanique.

Génial! J'étais de plus en plus enfocé dans le délire d'une génie sadique! Que voulait il de moi à la fin? Enfin, j'avais bien une idée sur ses intentions..soit il voulait me tuer soit me rendre fou! Bien entendu il n'y avait pas de quoi sauter de joie mais je refusais à me laisser avoir si vilement. Par la grâce des Grands Sages, j'avais tout de même pu recuperer ma baguette...peut être que tout n'était pas perdu. Fouillant dans ma mémoire je cherchai un sortilège qui m'aiderait à rendre un peu plus supportable cette hideuse situation et la seule chose qui me vint à l'esprit fut:
RIDDIKULUS!!!...

Je devais avoir perdu complètement la tête. Utiliser un sort qui servait contre les épouvantards alors qu'il n'y en avait même pas... La peur avait du me guider... Et pourtant, un instant, je crus que le sort avait marché quand je vis des confettis tombaient de je ne sais où... Je me mis alors à rire, d'abord gentiment puis d'un fou rire qui aurait alerté n'importe qui si je n'avais pas été seule. Trop préoccupé à rire je ne compris pas tout de suite ce qui se passait, et pourtant j'aurais du y penser. Ce n'était pas de simples confettis... C'était une farce ce n'était pas possible, les confettis se collaient doucement sur ma peau et quand j'essayais de les retirer il n'y avait que ma peau qui souffrait et les papiers multicolores qui restaient...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Concours #69 : l'histoire sans fin.   Lun 14 Jan - 23:35

[...]

J’étais terrorisé. C’était impossible un truc pareil ! Pourtant, lorsque je tentai de lever mon postérieur, je n’y parvins pas. A croire que de la glu perpétuelle était dessus. Déjà écoeuré, je réalisai l’ampleur du défi : goûter à tout !. Tremblante, ma fourchette se dirigea vers une saucisse qu’elle piqua. Je ne dus même pas l’amener à ma bouche, la fourchette s’en chargea en me la fourrant presque de force. J’étouffais déjà, incapable de mastiquer à la vitesse d’exécution de l’objet diabolique. J’avalai quand même puis, ce fut le tour..

Des desserts. Je les voyais, devant mes yeux. Ils étaient immenses, mais surtout nombreux. Je commença alors par une mousse au chocolat qui traînait, puis enchaîna sur tout plein d'autres pâtisseries bourratives... Je n'avais plus faim mais devait me lever, quitte à en vomir.. Après les tartes aux pommes, je n'avais même plus la force de me lever. Mais je voyais bien que j'avais tout mangé. Puis j'aperçu une salade de fruit oubliée. Je me dépêcha de la manger, coûte que coûte, tant pis de se qui en
résulterait. Après avoir repris un peu de force, je décidai de me lever
mais....

Je m’aperçus que j’étais toujours soudé à mon siège. Je reportai mon regard sur la table, certain de n‘avoir rien oublié. J’observai attentivement chacun des plats, bols et assiettes vides éparpillés sur la table quand soudain, je me m’arrêtai sur les breuvages situés à ma droite. Comment avait-je pus les oublier? Abattu, je poussai un soupir interminable avant d’ingurgiter mon premier litre de liquide. Le lait, le jus, l’eau, le café, le thé et plus encore m’attendaient quand il me prit une urgente envie d’aller au petit coin… Plus j’avalais, plus j’avais la désagréable impression que ma vessie allait éclater. Je commençai à me tortiller quand…

La voix résonna à nouveau.

Tu y es presque. Allez, je te laisse un peu de répit.

Je ne compris pas tout de suite. Pourtant il me sembla qu'un vide se créait sous moi.
* Une chaise percée?* pensais-je.
Chic! je me soulageai immédiatement avec un plaisir immense. Puis la voix reprit:

Tu as oublié certaines choses, regarde bien où tu resteras là... jusqu'à la fin des temps.
Misère! Qu'avais-je omis. Je cherchai partout et découvris...

C'était certain je n'avais pas pus oublier ça et pourtant cele m'avait
totalement échapé... La table était magnifiquement décorée avec des
fleurs... pleins de fleurs qui étaient en chocolat... des dizaines de
fleurs en chocolat et de taille pratiquement réelle. Il fallait que le
fasse ou sinon... je n'osais même pas penser à ce qui pourrait m'arriver! Le fait d'être en danger m'ouvrait l'estomac et c'est en prenant mon courage à deux mains et je croquai la fleur. Le goût du chocolat, que je trouvais merveilleux en temps normal, me parut fade.
Il fallait quand même finir...

"C'est très bien, tu as réussi la première épreuve..."

Je pouvais enfin me lever et je courus vers la porte qui était fermée, je
ne pouvais sortir. Je me rendis compte qu'il y avait une autre porte de
l'autre côté et je compris le sens des mots "première épreuve"...

"Maintenant, tu devras accomplir la deuxième tâche..."

Cette voix commençait à m'énerver.. Une deuxième épreuve, quelle deuxième épreuve ??? Je courrus alors vers la deuxième porte. J'en avais marre, je voulais rentrer, pourquoi étais-je allée manger ce matin ?
Qu'avait-il pu me passer par la tête ? J'ouvris donc la porte. Je me
trouvais dans une forêt normale a fortiori. MAis en faisant le premier
pas, les arbres s'avancèrent vers moi, et des animaux sauvages
apparurent, comme par magie. Normal ! Mais bon, c'était quand même un
peu inquiètant. On entendait par ailleurs le cri et l'envol des oiseaux
quand les arbres s'approchèrent de moi. Apparemment, ceux-là étaient
normaux, et pas magique. Je décidai alors de m'avancer un peu plus et
quand je fis un deuxième pas ....

Houla! Que se passait-il encore? J'avais l'impression que le sol était mou! Non,non, ce n'était pas une impression, mes pieds s'enfonçaient bel et bien dans ce gazon. Je tentai de lever le pied plus haut, rien n'y fit. Avec horreur, je constatai que j'étais déjà enfoncé jusqu'aux genoux. Je devais réagir ou je serais englouti Merlin sait où. Je réfléchis à toute allure.
Après tout, j'étais sorcier, non? Donc je fouillai ma poche et en sortit ma baguette. Ce n'était pas le tout. Que pouvais-je bien employer comme sortilège pour me sortir de là. Je réalisai que je devais aller très vite, la terre me montait au nombril. J'eus l'idée de...

M'élever dans les airs afin de quitter ce sol des plus étranges. Voilà la solution. Quelle chance j'avais d'être un sorcier. Eh oui, pensez un peu à ce qu'il serait advenu d'un Moldu dans la même situation. Je fermais les yeux. Une telle vision ne me plaisait gère. Il fallait que je me reprenne. Ni une ni deux je brandis ma baguette, fidèle compagon, en direction de moi-même... Quelle sensation étrange que de se viser soi-même avec sa propre baguette...Beurk ! Vite, qu'on en finisse. En effet, il fallait se dépêcher, ce maudit gazon m'arrivait déjà jusqu'à la taille...

- Wingardium Leviosa ! lançais-je vers mon corps prisonnier de cette herbe maléfique.

C'est alors que...

Des oiseaux morts commencèrent à tomber du ciel. J'étais dégoutée. Ils
baignaient dfans le sang. Un tomba sur moi, malgré que je lévitais.
J'avais donc une tâche de sang sur mon t-shirt. Je me dépêcha d'avancer
jusqu'à arriver sur ce qui semblais du béton. Mais c'tait bizarre. Il me soulevais et me redescendais, tel des marches qui monterais et
descenderais en permanence. C'est horrible. Je m'élançais de marches en
marches, espérant ne pas tomber à chaque fois, car je risquait de
m'écraser d'une hauteur de 100 mettres, mais surtout d'être coincée
entre deux "marches". Tout à coup, au bout de la fôrêt de marches,
j'aperçu...

un lion, un serpent, un blaireau et un aigle: les emblèmes de Poudlard. Le
lion me fixa; sorcière de serdaigle, je n'avais rien à craindre de l'aigle, mais le lion? Il avait un drôle d'air, je ne savais pas s'il me regardait avec l'envie de me dévorer ou de me cajoler. Puis s'avança le serpent, il m'allait me sauter dessus mais il n'en eut pas le temps: l'aigle le prit entre ses serres et l'emmena au loin. Allais-je avoir de la chance ou était ce juste pour que la grosse voix s'amuse encore un peu ? Ce fut au tour du blaireau. Mais lui ne fit rien.. Le lion revenait vers moi, je le vis prendre son élan et sauter sur moi avec un rugissement incertain et.. tout s'évanouit. Je me retrouvais devant une porte en bois. La voix grogna:
-Te voilà à la troisième épreuve, avoue que la deuxième était sympathique?
J'eus envie de crier "non" mais une rafale de vent m'en empêcha, elle me
poussa vers la porte. Je croyais qu'elle s'ouvrirait par magie, je m'écrasai contre elle. La porte s'ouvrit, j'entrai et découvris alors
....

Un pré d'un vert éclatant et au loin, une forêt!...Je me frottai les yeux, encore en ce point je voulais croire d'être entrain de faire un rêve farfelu, mais la bosse qui croissait sur mon front et un arrière goût à chocolat dans ma bouche, me confirmèrent que j'étais bel et bien éveillé. Par les barbes blanches de Merlin et les sabots de Belzebuth! Un lapin blanc venait de croiser mon chemin...rien d'étonnant voir un lapin dans un pré, mais celui ci portait un haut de forme, penché coquettement entre ses longues oreilles et consultait une montre à gousset!
Le délire allait bon train...et comme Alice au pays des Merveilles je restai interloqué lorque la bestiole parla...

"En retard, en retard, j'ai rendez-vous quelque part. Je n'ai pas le temps de dire au revoir je suis en retard, en retard !"

Mais qu'est ce que c'était que ce lapin qui courait en s'exclamant qu'il
était en retard ? Depuis quand les lapins ça chantait ? Un lapin qui
avait un rendez-vous...Mais où étais-je tombé ? Evidemment vous vous
doutez bien que la tentation de suivre cet énergumène étrange était
immense. N'étant qu'un être humain, je ne pus résister très longtemps.
Certes la curiosité est un vilain défaut, mais que voulez vous c'était
ainsi. Je me mis donc à courir derrière ce lapin. Mais avez -vous déjà
couru après un lapin ? Je peux vous dire que ce ne fut pas de tout
repos, et malgrès tous mes efforts, je ne parvint pas à le rattraper.
Par chance j'avais eu le temps d'apercevoir par où était passé notre
homme-lapin. Un tronc d'arbre...Il était passé dans un tronc d'arbre
qui jonchait sur le sol...

Je m'arrêta un instant devant le tronc d'arbre pourtant je n'avais pas tellement le temps, il fallait que je fasse mon choix rapidement, autrement je perdrais la trace de ce foutu lapin. Le choix se fit vite, à croire que par le danger mon cerveau réfléchissait beaucoup plus vite. Je pris donc le même chemin que ce lapin, et vint alors une longue, longue descente. Je ne savais pas ce qui se passait à côté de moi mais je ne pensais qu'à sortir vivant de cette épreuve... Vraiment aujourd'hui ce n'est vraiment pas mon jour... J'atteris d'une façon brutale sur un sol qui me semblait
mou par un toucher rapide de la main. Et en effet, quand j'essaya de me
lever, je remarqua que ce ne serait pas si facile que cela. J'avais
l'impression d'être dans une de ces fêtes foraines moldues, sur des
montagnes russes... L'enfer allait donc continuer ainsi mais pour
combien de temps encore? Je sentais déjà que mon corps se lassait de
tout mouvements...

Mais c'est pas possible...C'était un coup à se péter les chevilles... J'vous jure y'en a ils ont vraiment un grain... Bref, donc j'essayais tant bien que mal de me sortir de cette guimauve rebondissante, mais mon corps n'en faisait réellement qu'à sa tête. Bras et jambes semblaient vouloir partir dans des directions opposées...Pratique. Mais comment faire ? Je ne pouvais me résoudre à rester éternellemnt dans cet espèce de Marshmallow géant. Dans quelques minutes s'était le claquage de plusieurs de mes mebres assuré. Et puis imaginez un peu, avec ce que j'avais avalé, si je ne trouvais pas rapidement une solution ça ne tarderait pas à se déloger de mon estomac d'une façon peu appétissante...

J'essayais donc tant bien que mal de me relevé mais à chaque fois, je retombais sur cet espèce de matelas gonflable. J'essayais de réflechir en même temps à un sortilège mais quand je sortis ma baguette, celle ci me glissa des mains et alla se loger environ trois mètres plus loin! Et avec tout ce remus ménage, je ne pouvais pas avancer très loin! Mais qu'allais-je donc faire pour me sortir d'ici sans ma baguette?? Sous la reflexion, je sentais mon cerveau bouillonné, une légère nausée due surement à touts ses mets que j'avais dû manger m'envahit. Ma baguette était toujours loin de portée de main et mon estomac tourbillonait. La situation ne pouvait pas être pire.. Mais qu'est ce que j'avais bien pu faire pour mériter ça??

Que faire... Mais que faire ? Avec ma baguette à plusieurs mètres de moi,
et ces bonds incessants... Il fallait réfléchir. Se concentrer, faire
le vide, et réfléchir. C'est là que me vint une idée. Bon d'accord je
l'avoue c'était pas un truc de génie mais comme on dit chez nous, Qui
ne lance pas de sort, ne battera pas son adversaire. Il fallait essayer. Je me mis donc dans la bêtise la plus totale à tenter d'orienter mes bonds vers la baguette logée dans un orifice de ce truc. Vous vous doutez bien que ce n'était pas si simple, et dès mes premiers éssais, le chamallow me renvoya dans l'autre sens au lieu de m'approcher de ma cible. Super, j'étais encore moins avancé, mais il me restait une dernière chose à tenter. Un sortilège informulé. Qui sait, même sans ma baguette cela pouvait peut-être marcher... ?

Cela foira, hélas. Pourquoi moi? La voix narquoise me l'expliqua:

Tu te demandes pourquoi tu es dans la semoule depuis le matin. Rappelle-toi. Hier, n'as-tu pas fait quelque chose d'inhabituel?
Je me creusai la cervelle alors que mes tripes remontaient à une vitesse
folle. Difficile de se concentreter dans ces conditions.

J'ai... J'ai eu une retenue avec Rusard. J'ai poli des coupes pendant des heures.

Eh bien c'est ça. L'une d'elle me contenait: je suis un mauvais génie qui dormait gentiment quand tu m'as dérangé. Tu n'as plus qu'à payer pour ton forfait

Un rire diabolique accompagna la répartie. Je vomis.

Le liquide hideux se deversa devant moi, j'étais devenue verte, je ne pensais plus qu'à une chose: partir d'ici, loin de ce génie diabolique! Après tout, était-ce ma faute? Je n'avais pas voulu déloger un génie diabolique!! Une nouvelle porte se présenta à moi, elle était complétement noire. Je m'avança prudemment et l'ouvrit en tirant la poignée le plus délicatement possible. Je passa ma tête par l'entrebaillement et cette fois, je vis une cascade avec de l'eau transparente, autour se trouvait à perte de vue de l'herbe fraiche accompagné de jolies fleurs. Des oiseaux chantaient, un cerf vint même boire dans le petit lac où l'eau de la cascade se déversait. Enfin un endroit paradisiaque? Alors que je comtemplais tout cela, le soleil fit place à la lune, l'eau transparente devint rouge sang, les oiseaux se
transformèrent en corbeau noir et le cerf devint diforme et au lieu de
brâmer, il lâcha un rire satanique.

Génial! J'étais de plus en plus enfocé dans le délire d'une génie sadique! Que voulait il de moi à la fin? Enfin, j'avais bien une idée sur ses intentions..soit il voulait me tuer soit me rendre fou! Bien entendu il n'y avait pas de quoi sauter de joie mais je refusais à me laisser avoir si vilement. Par la grâce des Grands Sages, j'avais tout de même pu recuperer ma baguette...peut être que tout n'était pas perdu. Fouillant dans ma mémoire je cherchai un sortilège qui m'aiderait à rendre un peu plus supportable cette hideuse situation et la seule chose qui me vint à l'esprit fut:
RIDDIKULUS!!!...

Je devais avoir perdu complètement la tête. Utiliser un sort qui servait contre les épouvantards alors qu'il n'y en avait même pas... La peur avait du me guider... Et pourtant, un instant, je crus que le sort avait marché quand je vis des confettis tombaient de je ne sais où... Je me mis alors à rire, d'abord gentiment puis d'un fou rire qui aurait alerté n'importe qui si je n'avais pas été seule. Trop préoccupé à rire je ne compris pas tout de suite ce qui se passait, et pourtant j'aurais du y penser. Ce n'était pas de simples confettis... C'était une farce ce n'était pas possible, les confettis se collaient doucement sur ma peau et quand j'essayais de les retirer il n'y avait que ma peau qui souffrait et les papiers multicolores qui restaient...

Arg!! Je me mit à pleurer de rage, après mon estomac, voilà que mes nerfs me lâchaient!! Je continuais d'essayer d'arracher ses espèces de confettis malfré la douleur atroce. Je me demandais quand ce cauchemar allait finir, mais la voix narquoise du mauvais génie me fit penser que j'en avais encore pour quelques temps:

- Niak! Comme je suis heureux de te voir souffrir jeune fille!! Attends un peu que j'imagine d'autres immondices à te faire subir!!

Je soupirais, fatigué, énervé, je n'en pouvais plus!! Et ce maudit génie! Ah!! Si je pouvais lui tordre le coup!! J'aurais bien hurlé après l'immonde personnage mais ma baguette me sauta des mains et se mit à faire des bonds. Et moi, je me mis à courir derrière elle...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Concours #69 : l'histoire sans fin.   Mar 15 Jan - 0:09

Voilà pour la partie graphisme ^^[un peu d'indulgence, j'ai fait ça vite xD]

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Concours #69 : l'histoire sans fin.   Mar 15 Jan - 21:39

Des desserts. Je les voyais, devant mes yeux. Ils étaient immenses, mais surtout nombreux. Je commença alors par une mousse au chocolat qui traînait, puis enchaîna sur tout plein d'autres pâtisseries bourratives... Je n'avais plus faim mais devait me lever, quitte à en vomir.. Après les tartes aux pommes, je n'avais même plus la force de me lever. Mais je voyais bien que j'avais tout mangé. Puis j'aperçu une salade de fruit oubliée. Je me dépêcha de la manger, coûte que coûte, tant pis de se qui en
résulterait. Après avoir repris un peu de force, je décidai de me lever
mais....

Je m’aperçus que j’étais toujours soudé à mon siège. Je reportai mon regard sur la table, certain de n‘avoir rien oublié. J’observai attentivement chacun des plats, bols et assiettes vides éparpillés sur la table quand soudain, je me m’arrêtai sur les breuvages situés à ma droite. Comment avait-je pus les oublier? Abattu, je poussai un soupir interminable avant d’ingurgiter mon premier litre de liquide. Le lait, le jus, l’eau, le café, le thé et plus encore m’attendaient quand il me prit une urgente envie d’aller au petit coin… Plus j’avalais, plus j’avais la désagréable impression que ma vessie allait éclater. Je commençai à me tortiller quand…

La voix résonna à nouveau.

Tu y es presque. Allez, je te laisse un peu de répit.

Je ne compris pas tout de suite. Pourtant il me sembla qu'un vide se créait sous moi.
* Une chaise percée?* pensais-je.
Chic! je me soulageai immédiatement avec un plaisir immense. Puis la voix reprit:

Tu as oublié certaines choses, regarde bien où tu resteras là... jusqu'à la fin des temps.
Misère! Qu'avais-je omis. Je cherchai partout et découvris...

C'était certain je n'avais pas pus oublier ça et pourtant cele m'avait
totalement échapé... La table était magnifiquement décorée avec des
fleurs... pleins de fleurs qui étaient en chocolat... des dizaines de
fleurs en chocolat et de taille pratiquement réelle. Il fallait que le
fasse ou sinon... je n'osais même pas penser à ce qui pourrait m'arriver! Le fait d'être en danger m'ouvrait l'estomac et c'est en prenant mon courage à deux mains et je croquai la fleur. Le goût du chocolat, que je trouvais merveilleux en temps normal, me parut fade.
Il fallait quand même finir...

"C'est très bien, tu as réussi la première épreuve..."

Je pouvais enfin me lever et je courus vers la porte qui était fermée, je
ne pouvais sortir. Je me rendis compte qu'il y avait une autre porte de
l'autre côté et je compris le sens des mots "première épreuve"...

"Maintenant, tu devras accomplir la deuxième tâche..."

Cette voix commençait à m'énerver.. Une deuxième épreuve, quelle deuxième épreuve ??? Je courrus alors vers la deuxième porte. J'en avais marre, je voulais rentrer, pourquoi étais-je allée manger ce matin ?
Qu'avait-il pu me passer par la tête ? J'ouvris donc la porte. Je me
trouvais dans une forêt normale a fortiori. MAis en faisant le premier
pas, les arbres s'avancèrent vers moi, et des animaux sauvages
apparurent, comme par magie. Normal ! Mais bon, c'était quand même un
peu inquiètant. On entendait par ailleurs le cri et l'envol des oiseaux
quand les arbres s'approchèrent de moi. Apparemment, ceux-là étaient
normaux, et pas magique. Je décidai alors de m'avancer un peu plus et
quand je fis un deuxième pas ....

Houla! Que se passait-il encore? J'avais l'impression que le sol était mou! Non,non, ce n'était pas une impression, mes pieds s'enfonçaient bel et bien dans ce gazon. Je tentai de lever le pied plus haut, rien n'y fit. Avec horreur, je constatai que j'étais déjà enfoncé jusqu'aux genoux. Je devais réagir ou je serais englouti Merlin sait où. Je réfléchis à toute allure.
Après tout, j'étais sorcier, non? Donc je fouillai ma poche et en sortit ma baguette. Ce n'était pas le tout. Que pouvais-je bien employer comme sortilège pour me sortir de là. Je réalisai que je devais aller très vite, la terre me montait au nombril. J'eus l'idée de...

M'élever dans les airs afin de quitter ce sol des plus étranges. Voilà la solution. Quelle chance j'avais d'être un sorcier. Eh oui, pensez un peu à ce qu'il serait advenu d'un Moldu dans la même situation. Je fermais les yeux. Une telle vision ne me plaisait gère. Il fallait que je me reprenne. Ni une ni deux je brandis ma baguette, fidèle compagon, en direction de moi-même... Quelle sensation étrange que de se viser soi-même avec sa propre baguette...Beurk ! Vite, qu'on en finisse. En effet, il fallait se dépêcher, ce maudit gazon m'arrivait déjà jusqu'à la taille...

- Wingardium Leviosa ! lançais-je vers mon corps prisonnier de cette herbe maléfique.

C'est alors que...

Des oiseaux morts commencèrent à tomber du ciel. J'étais dégoutée. Ils
baignaient dfans le sang. Un tomba sur moi, malgré que je lévitais.
J'avais donc une tâche de sang sur mon t-shirt. Je me dépêcha d'avancer
jusqu'à arriver sur ce qui semblais du béton. Mais c'tait bizarre. Il me soulevais et me redescendais, tel des marches qui monterais et
descenderais en permanence. C'est horrible. Je m'élançais de marches en
marches, espérant ne pas tomber à chaque fois, car je risquait de
m'écraser d'une hauteur de 100 mettres, mais surtout d'être coincée
entre deux "marches". Tout à coup, au bout de la fôrêt de marches,
j'aperçu...

un lion, un serpent, un blaireau et un aigle: les emblèmes de Poudlard. Le
lion me fixa; sorcière de serdaigle, je n'avais rien à craindre de l'aigle, mais le lion? Il avait un drôle d'air, je ne savais pas s'il me regardait avec l'envie de me dévorer ou de me cajoler. Puis s'avança le serpent, il m'allait me sauter dessus mais il n'en eut pas le temps: l'aigle le prit entre ses serres et l'emmena au loin. Allais-je avoir de la chance ou était ce juste pour que la grosse voix s'amuse encore un peu ? Ce fut au tour du blaireau. Mais lui ne fit rien.. Le lion revenait vers moi, je le vis prendre son élan et sauter sur moi avec un rugissement incertain et.. tout s'évanouit. Je me retrouvais devant une porte en bois. La voix grogna:
-Te voilà à la troisième épreuve, avoue que la deuxième était sympathique?
J'eus envie de crier "non" mais une rafale de vent m'en empêcha, elle me
poussa vers la porte. Je croyais qu'elle s'ouvrirait par magie, je m'écrasai contre elle. La porte s'ouvrit, j'entrai et découvris alors
....

Un pré d'un vert éclatant et au loin, une forêt!...Je me frottai les yeux, encore en ce point je voulais croire d'être entrain de faire un rêve farfelu, mais la bosse qui croissait sur mon front et un arrière goût à chocolat dans ma bouche, me confirmèrent que j'étais bel et bien éveillé. Par les barbes blanches de Merlin et les sabots de Belzebuth! Un lapin blanc venait de croiser mon chemin...rien d'étonnant voir un lapin dans un pré, mais celui ci portait un haut de forme, penché coquettement entre ses longues oreilles et consultait une montre à gousset!
Le délire allait bon train...et comme Alice au pays des Merveilles je restai interloqué lorque la bestiole parla...

"En retard, en retard, j'ai rendez-vous quelque part. Je n'ai pas le temps de dire au revoir je suis en retard, en retard !"

Mais qu'est ce que c'était que ce lapin qui courait en s'exclamant qu'il
était en retard ? Depuis quand les lapins ça chantait ? Un lapin qui
avait un rendez-vous...Mais où étais-je tombé ? Evidemment vous vous
doutez bien que la tentation de suivre cet énergumène étrange était
immense. N'étant qu'un être humain, je ne pus résister très longtemps.
Certes la curiosité est un vilain défaut, mais que voulez vous c'était
ainsi. Je me mis donc à courir derrière ce lapin. Mais avez -vous déjà
couru après un lapin ? Je peux vous dire que ce ne fut pas de tout
repos, et malgrès tous mes efforts, je ne parvint pas à le rattraper.
Par chance j'avais eu le temps d'apercevoir par où était passé notre
homme-lapin. Un tronc d'arbre...Il était passé dans un tronc d'arbre
qui jonchait sur le sol...

Je m'arrêta un instant devant le tronc d'arbre pourtant je n'avais pas tellement le temps, il fallait que je fasse mon choix rapidement, autrement je perdrais la trace de ce foutu lapin. Le choix se fit vite, à croire que par le danger mon cerveau réfléchissait beaucoup plus vite. Je pris donc le même chemin que ce lapin, et vint alors une longue, longue descente. Je ne savais pas ce qui se passait à côté de moi mais je ne pensais qu'à sortir vivant de cette épreuve... Vraiment aujourd'hui ce n'est vraiment pas mon jour... J'atteris d'une façon brutale sur un sol qui me semblait
mou par un toucher rapide de la main. Et en effet, quand j'essaya de me
lever, je remarqua que ce ne serait pas si facile que cela. J'avais
l'impression d'être dans une de ces fêtes foraines moldues, sur des
montagnes russes... L'enfer allait donc continuer ainsi mais pour
combien de temps encore? Je sentais déjà que mon corps se lassait de
tout mouvements...

Mais c'est pas possible...C'était un coup à se péter les chevilles... J'vous jure y'en a ils ont vraiment un grain... Bref, donc j'essayais tant bien que mal de me sortir de cette guimauve rebondissante, mais mon corps n'en faisait réellement qu'à sa tête. Bras et jambes semblaient vouloir partir dans des directions opposées...Pratique. Mais comment faire ? Je ne pouvais me résoudre à rester éternellemnt dans cet espèce de Marshmallow géant. Dans quelques minutes s'était le claquage de plusieurs de mes mebres assuré. Et puis imaginez un peu, avec ce que j'avais avalé, si je ne trouvais pas rapidement une solution ça ne tarderait pas à se déloger de mon estomac d'une façon peu appétissante...

J'essayais donc tant bien que mal de me relevé mais à chaque fois, je retombais sur cet espèce de matelas gonflable. J'essayais de réflechir en même temps à un sortilège mais quand je sortis ma baguette, celle ci me glissa des mains et alla se loger environ trois mètres plus loin! Et avec tout ce remus ménage, je ne pouvais pas avancer très loin! Mais qu'allais-je donc faire pour me sortir d'ici sans ma baguette?? Sous la reflexion, je sentais mon cerveau bouillonné, une légère nausée due surement à touts ses mets que j'avais dû manger m'envahit. Ma baguette était toujours loin de portée de main et mon estomac tourbillonait. La situation ne pouvait pas être pire.. Mais qu'est ce que j'avais bien pu faire pour mériter ça??

Que faire... Mais que faire ? Avec ma baguette à plusieurs mètres de moi,
et ces bonds incessants... Il fallait réfléchir. Se concentrer, faire
le vide, et réfléchir. C'est là que me vint une idée. Bon d'accord je
l'avoue c'était pas un truc de génie mais comme on dit chez nous, Qui
ne lance pas de sort, ne battera pas son adversaire. Il fallait essayer. Je me mis donc dans la bêtise la plus totale à tenter d'orienter mes bonds vers la baguette logée dans un orifice de ce truc. Vous vous doutez bien que ce n'était pas si simple, et dès mes premiers éssais, le chamallow me renvoya dans l'autre sens au lieu de m'approcher de ma cible. Super, j'étais encore moins avancé, mais il me restait une dernière chose à tenter. Un sortilège informulé. Qui sait, même sans ma baguette cela pouvait peut-être marcher... ?

Cela foira, hélas. Pourquoi moi? La voix narquoise me l'expliqua:

Tu te demandes pourquoi tu es dans la semoule depuis le matin. Rappelle-toi. Hier, n'as-tu pas fait quelque chose d'inhabituel?
Je me creusai la cervelle alors que mes tripes remontaient à une vitesse
folle. Difficile de se concentreter dans ces conditions.

J'ai... J'ai eu une retenue avec Rusard. J'ai poli des coupes pendant des heures.

Eh bien c'est ça. L'une d'elle me contenait: je suis un mauvais génie qui dormait gentiment quand tu m'as dérangé. Tu n'as plus qu'à payer pour ton forfait

Un rire diabolique accompagna la répartie. Je vomis.

Le liquide hideux se deversa devant moi, j'étais devenue verte, je ne pensais plus qu'à une chose: partir d'ici, loin de ce génie diabolique! Après tout, était-ce ma faute? Je n'avais pas voulu déloger un génie diabolique!! Une nouvelle porte se présenta à moi, elle était complétement noire. Je m'avança prudemment et l'ouvrit en tirant la poignée le plus délicatement possible. Je passa ma tête par l'entrebaillement et cette fois, je vis une cascade avec de l'eau transparente, autour se trouvait à perte de vue de l'herbe fraiche accompagné de jolies fleurs. Des oiseaux chantaient, un cerf vint même boire dans le petit lac où l'eau de la cascade se déversait. Enfin un endroit paradisiaque? Alors que je comtemplais tout cela, le soleil fit place à la lune, l'eau transparente devint rouge sang, les oiseaux se
transformèrent en corbeau noir et le cerf devint diforme et au lieu de
brâmer, il lâcha un rire satanique.

Génial! J'étais de plus en plus enfocé dans le délire d'une génie sadique! Que voulait il de moi à la fin? Enfin, j'avais bien une idée sur ses intentions..soit il voulait me tuer soit me rendre fou! Bien entendu il n'y avait pas de quoi sauter de joie mais je refusais à me laisser avoir si vilement. Par la grâce des Grands Sages, j'avais tout de même pu recuperer ma baguette...peut être que tout n'était pas perdu. Fouillant dans ma mémoire je cherchai un sortilège qui m'aiderait à rendre un peu plus supportable cette hideuse situation et la seule chose qui me vint à l'esprit fut:
RIDDIKULUS!!!...

Je devais avoir perdu complètement la tête. Utiliser un sort qui servait contre les épouvantards alors qu'il n'y en avait même pas... La peur avait du me guider... Et pourtant, un instant, je crus que le sort avait marché quand je vis des confettis tombaient de je ne sais où... Je me mis alors à rire, d'abord gentiment puis d'un fou rire qui aurait alerté n'importe qui si je n'avais pas été seule. Trop préoccupé à rire je ne compris pas tout de suite ce qui se passait, et pourtant j'aurais du y penser. Ce n'était pas de simples confettis... C'était une farce ce n'était pas possible, les confettis se collaient doucement sur ma peau et quand j'essayais de les retirer il n'y avait que ma peau qui souffrait et les papiers multicolores qui restaient...
Arg!! Je me mit à pleurer de rage, après mon estomac, voilà que mes nerfs me lâchaient!! Je continuais d'essayer d'arracher ses espèces de confettis malfré la douleur atroce. Je me demandais quand ce cauchemar allait finir, mais la voix narquoise du mauvais génie me fit penser que j'en avais encore pour quelques temps:

- Niak! Comme je suis heureux de te voir souffrir jeune fille!! Attends un peu que j'imagine d'autres immondices à te faire subir!!

Je soupirais, fatigué, énervé, je n'en pouvais plus!! Et ce maudit génie! Ah!! Si je pouvais lui tordre le coup!! J'aurais bien hurlé après l'immonde personnage mais ma baguette me sauta des mains et se mit à faire des bonds. Et moi, je me mis à courir derrière elle...
Je sautillai comme elle à sa poursuite éperdue.

C’était dingue ! Je criai :

Accio baguette

Rien n’y fit. Elle paraissait même me narguer. Elle s’arrêta, fit une pirouette et, nettement, je distinguai deux yeux moqueurs ainsi qu’un langue rose qu’elle me tira. Mon sang ne fit qu’un tour.

Tu es à moi, hurlai-je

C’est la baguette qui choisit le sorcier. Moi, j’ai plus envie de toi.

Nouveau tirage de langue, elle repartit de plus belle dans des bonds saisissants. J'étais sidéré. Je devais la bloquer quelque part. J’eus l’idée d’ôter ma cape et, dès qu’elle fit mine de stopper, je m’élançai, cape devant moi. Je l’avais ! Elle se démenait comme une folle sous l’étoffe mais je l’avais attrapé. C’est alors que la voix dit…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Concours #69 : l'histoire sans fin.   Mer 16 Jan - 13:01

""Fin""

Peuvent se créditer pour la partie 1 :


Opal : 500.000 points+250 Gallions+2 chocogrenouilles
Jack : 400.000 points+200G
Kiara : 450.000 points+225G +1 choco
Angel : 600.000 points+300G +4 choco
Clara: 500.000 points+250 Gallions+2 chocogrenouilles
Spirielle : 400.000 points+ 200G
Andrew : 550.000 points+ 275 G+ 3 choco
Annabeth: 550.000 points+ 275 G+ 3 choco
Hell Faith: 450.000+225G+1 choco


Partie 2: Mariana tu as 50.000 points et 25 Gallions
Noami tu as 350.000 points + 225 Gallions cheers

Merci à tous de votre participation!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Concours #69 : l'histoire sans fin.   Mer 16 Jan - 20:20

Merci, Angel! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bloody Girl

Kiara Ellinger

Féminin Age : 26
Activité : 228609
Nombre de messages : 8116
Date d'inscription : 31/12/2007

MessageSujet: Re: Concours #69 : l'histoire sans fin.   Mer 16 Jan - 20:30

Angel j'ai aussi participé à la deuxième partie dans mon premier message en première page affraid

Tu n'a pas du la voir Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Concours #69 : l'histoire sans fin.   Jeu 17 Jan - 13:36

Désoléééééée. De plus elle est très bonne et c'est pour ça que j'ai cru à une signature. Pour me faire pardonner accepte 100.000 points et 50 gallions.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bloody Girl

Kiara Ellinger

Féminin Age : 26
Activité : 228609
Nombre de messages : 8116
Date d'inscription : 31/12/2007

MessageSujet: Re: Concours #69 : l'histoire sans fin.   Jeu 17 Jan - 13:38

Merci beaucoup ^^ C'est vrai que j'ai regardé et moi aussi au début j'ai cru à une signature avant de voir que c'était bel et bien ma créa ^^'

Merci enormement ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Concours #69 : l'histoire sans fin.   Ven 18 Jan - 21:11

Oh trop cool!! Merci Angel!
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Concours #69 : l'histoire sans fin.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Concours #69 : l'histoire sans fin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» L'histoire sans fin
» Histoire sans queue ni tête
» [Menue-tâche] Histoire sans parole… ou presque. (Kinimo)
» L'histoire sans fin...
» L'histoire sans queue ni tête

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deathly Hallows - Harry Potter RPG  :: Corbeille :: Zone de Divertissement & de Créations :: Le Bordel du Staff :: Le st@ff du ForUm :: Potions, Créatures & Sortilèges en vente :: ¤ Concours ~ :: Concours terminés-